Jeu blanc – Richard WAGAMESE

Ce second roman traduit en français de cet écrivain ojibwé est édité par une maison d’éditions Suisse, les Editions ZOE.

Encore une fois, il est question d’un jeune garçon ojibwé abandonné. Cette fois-ci, Saul se retrouve dans un pensionnat tenu par des religieux qui non seulement n’aiment pas les enfants, mais détestent les indiens, ce qui n’est pas rare dans les années 1960. S’en suivent mauvais traitements et suicides de certains pensionnaires.

Heureusement, Saul adore jouer au hockey et sait lire les faiblesses de ses adversaires.

Engagé dans une toute jeune équipe d’ojibwé, il se fait remarquer par un sélectionneur national, mais ses matchs avec l’équipe blanche se passent mal. Et Saul fuit, il passera sa vie d’adulte à fuir.

J’ai aimé de nouveau découvrir des rites ojibwés ancestraux mais peu oubliés. J’ai aimé découvrir une communauté indienne soudée et vivante. Et je me dis que ces gens ont de la chance de vivre sur la terre de leurs ancêtres à la culture si riche.

Si comme moi vous n’aimez pas le hockey ou n’y comprenez rien, n’aillez pas peur, les parties se lisent très bien.

Mais l’auteur montre aussi que cohabitation entre natifs et blancs est impossible. triste constat.

L’image que je retiendrai :

Celle des crachats que reçoivent les joueurs sur le banc. Non mais sérieusement : des crachats ?!

Editions ZOE, 7 septembre 2017, 256 pages

16 commentaires sur “Jeu blanc – Richard WAGAMESE

  1. Un livre très fort sur une communauté dont les enfants ont été longtemps malmenés par les autorités canadiennes, qui l’ont admis récemment. Je ne connais rien au hockey non plus, cela n’a pas gêné ma lecture… Et je compte bien lire d’autres romans de cet auteur.

    1. C’est le second que je lis, et j’aime toujours autant. Malheureusement, l’auteur étant décédé, il n’y aura plus de nouvelles parutions.

  2. Il me tente ce roman, déjà à cause du contexte, pour découvrir un nouvel auteur et parce que les éditions Zoé ne sont pas très loin de chez moi 😉

Répondre à H-IL Annuler la réponse.