Auteurs en Y

Kitchen – Banana YOSHIMOTO

Que faire à vingt ans, après la mort d’une grand-mère, quand on se retrouve sans famille et qu’on aime les cuisines plus que tout au monde? Se pelotonner contre le frigo, chercher dans son ronronnement un prélude au sommeil, un remède à la solitude.

Cette vie semi-végétative de Mikage, l’héroïne de Kitchen, est un jour troublée par un garçon. Yûichi Tanabe, qui l’invite à partager l’appartement où il loge avec sa mère. Mikage s’installe donc en parasite chez les Tanabe : tombée instantanément amoureuse de leur magnifique cuisine, elle est séduite par Eriko, la  » mère  » de Yûichi.

Eriko, personnage ambigu et pur, transsexuel à la beauté éblouissante, qui, traversant le récit comme un soleil éphémère, va bientôt mourir à son tour de mort violente…

Un roman japonais qui nous parle de la mort et de l’amour tout en délicatesse.

Je me suis reconnue en Mikage qui, après un décès, est extrêmement fatiguée.

J’ai aimé Eriko, son extravagance et sa joie de vivre communicative.

J’ai aimé l’amour de Yûichi, très discret, presque imperceptible.

Bien sûr, il est question de cuisine, et je salivais en lisant les noms des plats.

La nouvelle qui suit : Moonlight Shadow m’a emportée. Quel amour entre Hitoshi, mort, et la narratrice ; quel attachement par-delà la mort, sans oublier la vie.

L’image que je retiendrai :

Celle de la clochette que la narratrice offre à Hitoshi, et qui lui indique sa présence par-delà le pont qu’elle ne doit pas traverser ce matin-là.

Folio, 22 mars 1996, 180 pages

16 commentaires

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :