Auteurs en S

Le temps des orphelins – Laurent SAGALOVITSCH

Avril 1945. Daniel, jeune rabbin venu d’Amérique, s’est engagé auprès des troupes alliées pour libérer l’Europe. En Allemagne, il est l’un des premiers à entrer dans les camps d’Ohrdruf et de Buchenwald et à y découvrir l’horreur absolue. Sa descente aux enfers aurait été sans retour s’il n’avait croisé le regard de cet enfant de quatre ou cinq ans, qui attend, dans un silence obstiné, celui qui l’aidera à retrouver ses parents.

Le roman s’ouvre sur la lettre d’Ethel, sa femme, qui raconte sa vie depuis le départ de son mari. Ses lettres viendront ponctuer le récit, offrant un bol d’air bienvenue.

Car avec Daniel, nous plongeons petit à petit dans l’enfer des camps ainsi que dans l’enfer du doute.

L’éternel question : Comment Dieu a-t-il pu laisser faire cela ? et traité avec force dans ce livre. Petit à petit, le rabbin en vient à douter. Lui qui n’est rabbin que pour faire plaisir à son père voit sa foi ébranlée par tant de cruauté.

Toute la force de ce livre réside dans le fait de m’avoir fait sentir cette double descente aux enfers.

Heureusement, un enfant vient prendre la main de Daniel, et celle du lecteur également.

Et que dire de cette fin qui m’a laissée sur le carreau.

Un roman puissant, qui m’a laissé le temps de m’installer dans le récit, pour mieux me laisser suspendue à la dernière page.

L’image que je retiendrai :

Celle de la couverture écossaise que Daniel pose sur les épaules du garçon.

Buchet/Chastel, 15 août 2019, 224 pages

Je remercie Netgalley et les éditions Buchet/Chastel de m’avoir permis de lire ce roman en avant-première

13 commentaires

Répondre à Ariane daphné Annuler la réponse.

%d blogueurs aiment cette page :