Auteurs en G

Les enfants du silence – Ji-young GONG

Outre les groupes de K-Pop, je ne connais de la Corée du Sud que les costumes colorés traditionnels et le PIB exponentiel.

Et puis Oppa, Gangnam style, bien sûr.

J’ai lu cet année un polar coréen, c’est à peu près tout.

J’ai donc plongé dans ce roman sans à-priori.

Le personnage principal se retrouve dans une ville de province pleine d’une brume épaisse dans une étrange école pour sourds.

Le premier soir, il entend des cris dans les toilettes des filles mais la porte est fermée à clés.

Proche de ses élèves, ils se confient peu à peu à lui et Inho découvre le pot-aux-roses.

Grâce à une amie d’enfance, l’affaire éclate au grand jour et se retrouve devant les tribunaux.

Mais c’est sans compter sur la corruption endémique qui ravage le pays, et le mensonge, toujours.

Une lecture qui énerve car les accusés se défendent corps et âmes alors que leurs crimes sont impardonnables.

Une lecture qui énerve car la corruption financière touche aussi le fond des êtres.

Un roman basé sur une histoire vraie.

Quelques citations :

Yujin réfléchit longuement à la question suivante : qu’est-ce qui est le plus effrayant dans ce monde ? Elle pense avoir trouvé la réponse : le mensonge, tout simplement. p.232

Mais la vie puis la mort de mon père m’ont fait prendre conscience de ma valeur : je suis fière d’être qui je suis malgré cette perte. p.251

L’image que je retiendrai :

Celle des friandises que les coupables offrent aux victimes pour les faire taire, car les repas de la cantine sont trop mauvais.

Philippe Picquier, 3 septembre 2020, 320 pages

10 commentaires

Répondre à Alex-Mot-a-Mots Annuler la réponse.

%d blogueurs aiment cette page :