Auteurs en O

Nous étions les Mulvaney – Joyce Carol OATES

Dans la famille Mulvaney, je demande le père : entrepreneur prospère jusqu’au drame.

Je demande la mère, Corinne : plutôt fantasque, entourée de ses enfants et de ses animaux. Aime chiner mais ne vend jamais son bric-à-brac.

Le fils aîné Mike, champion de football américain au lycée, travaille un temps avec le père, puis disparaît.

Le second, Patrick, surnommé Pinch, hyper intelligent qui ira à l’université Cornell.

La fille, Marianne, presque reine du bal du lycée, hyper populaire mais à qui il arrive la pire des catastrophes. Part avec son chat Muffin puis aide les autres jusqu’à s’oublier elle-même.

Le petit dernier, le narrateur Judd.

Le récit tourne autour du viol de Marianne lors de la fête du lycée. Mais Marianne ne veut pas porter plainte. Le déshonneur s’installe sur la famille. Le père chasse sa fille qui attendra désespérément son retour en grâce.

Ceci signe la fin du père.

Un long, très long roman sur un non-dit qui brise une famille.

Beaucoup de parenthèses pour des détails qui auraient pu être racontés autrement, de façon plus fluide dans le récit. Je vous avoue que j’ai fini par ne plus les lire.

Une lecture intéressante, mais décidément trop longue.

L’image que je retiendrai :

Celle de la biche croisée en début et en fin de roman qui relève sa queue blanche quand elle part, comme pour mieux se faire repérer ?

Le livre de poche, 16 mars 2011, 704 pages

28 commentaires

Répondre à Alex-Mot-a-Mots Annuler la réponse.

%d blogueurs aiment cette page :