Auteurs en P

Apocalypse Amerika – Jean-Christophe PORTES

Le titre m’a fait peur : il promettait l’enfer, et je n’ai pas été déçue.

J’ai découvert le projet Amerika des nazis qui visait à créer la première bombe atomique de l’histoire. Pas seulement des V1 et des V2, non, non, une vraie bombe A de type Hiroshima – Nagasaki.

Bien sûr, Américains, Anglais, Russes et Français veulent récupérer cette technologie et les scientifiques qui vont avec.

Voilà donc Lizzie recrutée pour la mission Alsos américaine parce qu’elle parle français et que sa soeur aînée est la femme d’un scientifique.

Mo, pendant ce temps, descend en enfer à Buchenwald.

J’ai découvert le cyclotron de Joliot-Curie : un accélérateur de particule, première étape pour la bombe.

J’ai aimé Pash (personnage historique), colonel américain qui ne prend pas de gants et n’hésite pas à se présenter comme « le colonel qui dirige le secteur » de chaque ville qu’ils traversent.

J’ai découvert que dans les camps, les prisonniers avaient recréés une hiérarchie entre prisonniers : on départ, ce sont les droits communs qui tiennent Buchenwald, puis les communistes, chaque groupe pouvant protéger les siens.

J’ai aimé que Mo retrouve au camp des personnes qui ont traversés sa vie, qu’il se fasse des amitiés ou des ennemis. J’ai eu de la peine pour Fernand, l’ami de Mo.

J’ai découvert que les Américains surnommaient les Allemands les Krauts.

J’ai découvert que le projet allemand Amerika était très avancé, et que si les nazis n’avaient pas été aussi désorganisés (plusieurs équipes en concurrences travaillaient sur le projet), ce sont les Allemands qui auraient possédés la bombe A en premier.

Encore une fois, j’ai aimé suivre Lizzie et Mo, chacun séparément cette fois-ci.

L’image que je retiendrai :

Celle de la galerie creusée à même la roche par des centaines de détenus pour le bunker d’Hitler et de sa hiérarchie.

Je remercie l’auteur pour sa confiance et l’envoie de son dernier opus dédicacé : encore une fois, je me suis régalée et appris plein de choses.

Hugo Roman, 3 avril 2024, 350 pages

17 commentaires

Laisser un commentaire