Arcadie – Emmanuelle BAYAMACK-TAM

Que dire de ce roman qui aborde des thèmes aussi importants que l’écologie, l’intolérance aux ondes, le syndrome de Stockholm, les sectes, les transgenres ?

Farah est toute petite lorsqu’elle entre dans une communauté libertaire en zone blanche, sa mère ne supportant pas les ondes.

Elle évolue au milieu d’adultes plus ou moins nus et grandi au milieu de la nature et des livres.

Le récit commence quand elle a 15 ans et découvre qu’elle ne pourra jamais avoir ses règles, faute d’utérus, et que son corps se masculinise.

Mais elle est amoureuse d’Arcady, le chef de la communauté qui la fait patienter jusqu’à sa majorité sexuelle.

Farah vit dans une espèce d’Eden loin du monde, même si elle se connecte à Internet au collège.

Puis un migrant arrive qui fait basculer Farah dans la société actuelle.

J’ai aimé ce groupe très années 70 qui prône l’écologie sans le savoir.

J’ai aimé le regard de Farah sur son enfance enchantée que seuls des personnes butées qualifie de déviante.

J’ai aimé que le corps de Farah mature loin des codes sociaux et ne devienne ni femme ni homme, juste ce qu’elle veut (même si elle a du mal au début avec ces changements).

J’ai en revanche moins goûté les répétitions de l’auteure sur les catastrophes sociétales : les pluies acides, les ondes….

Un roman avec des idées intéressantes et modernes, et qui propose une autre forme de lutte.

L’image que je retiendrai :

Celle du baldaquin de verdure où Farah et Arcady font sans cesse l’amour.

P.O.L., 23 août 2018, 448 pages

14 commentaires sur “Arcadie – Emmanuelle BAYAMACK-TAM

  1. Oui, il y a des idées intéressantes, mais est-ce que cela en fait un bon roman ? Je n’ai pas réussi à accrocher, les personnages me semblaient trop « fabriqués ». (mais ce n’est que mon ressenti)

    1. Tu as raison, des personnages un brin stéréotypés, mais cela ne m’a finalement pas gêné, et parfois fait sourire.

Laisser un commentaire