Auteurs en B

Ceux qui partent – Jeanne BENAMEUR

Certains des romans de cette auteure me parlent, d’autres pas.

Celui-ci fait partie de ceux que j’ai aimé.

Les personnages, dont le nombre augmente au fil des pages.

Le lieu : Ellis Island et New-York dans les années 1910.

Le récit qui se déroule sur une journée et une nuit.

J’ai aimé les personnages, tous différents, avec chacun leur passé plus ou moins douloureux, leur caractère impétueux ou doux.

J’ai aimé les lieux : Ellis Island quand l’île triait encore les migrants. Son administration, ses dortoirs, ses surveillants.

J’ai aimé Madison Square, le quartier huppé avec ses grandes maisons, ses familles issues du Mayflower très policées.

Si la nuit m’a paru un peu longue, j’ai préféré l’arrivée du bateau et l’amitié naissante entre Emilia et Esther.

J’ai aimé que le récit englobe peu à peu la vie des personnages autour d’Emilia.

J’ai aimé les couleurs que donne l’auteure aux vies de ses personnages.

J’ai aimé la façon dont l’auteure parle des corps, si important et pourtant si délaissés.

Un très beau roman sur l’immigration qui résonne avec l’actualité.

L’image que je retiendrai :

Celle de la couleur rouge du tableau d’Emilia.

Une citation :

Les émigrants ne cherchent pas à conquérir des territoires. Ils cherchent à conquérir le plus profond d’eux-mêmes parce qu’il n’y a pas d’autre façon de continuer à vivre lorsqu’on quitte tout. (p.326)

Actes Sud éditions, 21 août 2019, 330 pages

28 commentaires

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :