Comme un seul homme – Daniel MAGARIEL

Ils partent tous les 3 comme un seul homme. Le père et ses deux fils. Le plus petit, collégien, vient de raconter un énorme mensonge pour que sa garde et celle de son frère soit confiée au père.

C’est la liberté. Le père gère de loin ses affaires. Les enfants sont scolarisés, et jouent au basket de façon plutôt guerrière.

On devine au fil des pages que le père a voulu très tôt faire d’eux des hommes. Mais ce ne sont que deux enfants perdus.

De plus en plus, le père s’enferme dans sa chambre pour fumer, puis sniffer de la cocaïne, pour finir avec le crack.

C’est le grand qui doit aller travailler pour gagner quelque argent pour pouvoir manger.

Petit à petit, on assiste à l’effondrement de ces 3 garçons.

Petit à petit, on voit venir cette fin ; on a envie de crier aux enfants de partir avant qu’il ne soit trop tard.

Mais ce ne sont que des enfants.

Un roman qui prend aux tripes.

L’image que je retiendrai :

Celle des cartons de pizzas sur les fenêtres pour cacher le jour dans l’appartement.

Fayard, 22 août 2018, 192 pages

14 commentaires sur “Comme un seul homme – Daniel MAGARIEL

  1. 2 garçons (le père n’en est plus un, non?) Bon, pas pour moi, ça commence à bien faire les pères barjots.
    Fayard a changé sa charte graphique, j’avais déjà remarqué

Laisser un commentaire