Auteurs en M

Dernière oasis – Charif MAJDALANI

Une oasis au milieu du désert où séjourne un marchand d’art à la limite de la légalité qui doit expertiser des antiquités surgies de nulle part.

Le mystérieux général qui veut les vendre n’est pas souvent présent car il combat l’Etat Islamique qui menace à Mossoul.

Sa fille et son fils viennent le rejoindre et se lient d’amitié avec le narrateur.

Ce roman m’a fait penser à l’éternel attente d’Un balcon en forêt transposé en Irak en 2014.

J’ai aimé les phrases qui s’étirent à l’infini comme l’horizon et le ciel étoilé au-dessus du fort.

J’ai aimé les considérations du narrateur sur l’entropie de notre monde, lui qui est au plus près de la chute d’une ville et peut-être d’un pays.

J’ai aimé que le trafique des oeuvres d’art conservent leur part de mystère jusqu’au bout dans un monde globalisé.

Un roman comme une oasis au milieu du désert : un moment de réflexions au milieu du vide de notre civilisation déclinante.

Quelques citations :

J’avais appris aussi que le plaisir est souvent moins dans la contemplation que dans le dévoilement d’une oeuvre, dans son surgissement silencieux au milieu de l’immense bric-à-brac du monde et de nos vies.

(…) une répétition de ce que l’Histoire a vu si souvent depuis les temps de l’Empire romain. Un monde plus ou moins pacifié, civilisé, subitement ravagé par la violence qu’introduisent des envahisseurs ne rêvant que de destructions, au nom de divinités peu compréhensibles.

L’abandon de la terre par les derniers paysans est l’ultime syndrome de l’entropie.

(…) à l’image de cette oasis qui fut un temps peut-être le lieu qui inspira les images du paradis biblique mais qui n’était plus, quand j’y suis arrivé, qu’un petit fragment de quelques vergers entourés de désert, et bientôt de guerres et de massacres.

Comme de l’Art, nous avons besoin de l’Histoire pour ne pas mourir de la vérité, à savoir que tout n’est que chaos sans signification, sans logique et sans but.

Incapable d’admettre que l’Histoire n’avance qu’à tâtons, que ses acteurs jouent à colin-maillard avec les événements alors que nous les croyons toujours dans une grande partie d’échecs, nous essayons de donner cohérence aux faits en reproduisant les affabulations télévisées ou cinématographiques qui nous inondent et finissent par transformer notre manière de voir la réalité, à l’instar de ce qui se produisit au moment du déclenchement de l’épidémie de Covid.

L’image que je retiendrai :

Celle des bruits entendus régulièrement au loin : drones, cavalcades, explosions…..

Lu sur Liselotte

18 commentaires

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :