En attendant Boulez – Yann OLLIVIER

Ca commence en douceur avec un concert à la Philarmonie de Paris du premier morceau composé par une Intelligence Artificielle.

Mais après le concert, la tête de la pianiste chinoise est retrouvée dans le pain surprise du cocktail.

Jade Valois, jeune lieutenant de police aimant la musique classique et parlant chinois, se voit confier l’affaire.

Le lecteur la suit dans son enquête entre Philarmonie, Opéra et studios de radios.

L’occasion pour l’auteur de mettre en scène des personnages rocambolesques comme le privé un peu paumé, le directeur de la Philarmonie un peu louche, le chroniqueur radio qui ne s’arrête plus de parler, et l’artiste chinoise qui retournera bien vite dans son pays. L’auteur sait rendre ses personnages plus vrais que nature.

J’ai aimé découvrir tout ce petit monde, souvent entre deux avions, ce qui ne facilite pas l’enquête de Jade.

J’ai arpenté avec elle les couloirs de Radio France, de la Philarmonie et de l’Opéra ; été dans les coulisses lors des Victoires de la Musique Classique ; assisté à un happening artistique, en plus de son enquête.

J’ai aimé découvrir les vins bus par Jade : des idées de dégustations.

Un premier roman maitrisé qui tient en haleine du début à la fin.

Une seule fausse note : la langue du récit et celle des personnages est très maitrisée. Quand est prononcé, parfois, le mot « con » cela sonne faux.

L’image que je retiendrai :

Celle de Jade se demandant pourquoi Liszt (prononcé comme la liste des courses) ressemble-t-il à Liszt ? Qu’est-ce qui fait que l’on devine que le morceau est de Schubert et pas de Schumman ?

La playlist est disponible ici : www.enattendantboulez.com

Plon, 9 mai 2019, 324 pages

Je remercie Valérie chez Plon pour l’envoi de ce roman

Merci à l’auteur pour sa dédicace : je me suis régalée de sa plaisanterie musicale en forme de polar

14 commentaires sur “En attendant Boulez – Yann OLLIVIER

  1. Le début est quelque peu macabre ! mais une enquête qui se passe dans le milieu de la musique, ça m’intéresse.

Laisser un commentaire