Auteurs en D

Fantastique histoire d’amour- Sophie DIVRY

Je ne suis pas fan du genre fantastique, mais quand Sophie DIVRY sort un nouveau roman, je ne fais pas la fine bouche. Et j’ai eu raison d’ouvrir ce roman.

D’abord parce que j’y ai retrouvé le ton parfois caustique de l’auteure (« Elle détestait la Provence, sa terre séchée par la chaleur, ses artisans potiers, ses zones pavillonnaires moches et ses marchés de plein air où des anglais à la face d’écrevisses s’extasiaient devant un lavoir rénové avec l’aide la région PACA. ») Ou encore « Il était rasé de si près qu’il semblait s’être procuré sa tondeuse dans un pays totalitaire ».

Ensuite parce que j’ai appris que l’inventeur du Rubik cube était un architecte intéressé par le mécanisme de rotation sur trois plans. Et j’ai également découvert le coating, en français l’enrobage, et son utilisation en chimie des matériaux.

J‘ai aimé le narrateur, Bastien Fontaine, 41 ans, inspecteur du travail, dont le métier consiste à faire respecter le code du travail par les entreprises.

J’ai aimé Maïa di Natale, journaliste dans un magazine scientifique qui a un problème avec ses mains : elle perd des objets sans jamais les retrouver.

J’ai aimé qu’ils se croisent et se recroisent dans la ville de Lyon, avant que leurs chemins ne se rejoignent vraiment.

Mais j’ai été moins fan de la partie scientifique et des méchants vraiment cupides.

Mais j’ai aimé la nature omniprésente, même en ville.

J’ai suivi avec passion les retournement de situation et la poursuite du cristal maléfique.

L’image que je retiendrai :

Celle du Parc de la Tête d’Or où Maïa donne à manger aux oiseaux chaque matin pendant son jogging.

Lu sur Liselotte grâce à Netgalley et aux éditions du Seuil que je remercie pour leur confiance

26 commentaires

Laisser un commentaire