Auteurs en O

Ici n’est plus ici – Tommy ORANGE

Si Richard Wagamese nous parle des indiens de la campagne qui ont renoués avec la terre, Tommy Orange nous parle des indiens des villes qui se perdent dans l’alcool.

Ce roman choral nous fait découvrir la vie de plusieurs d’entre aux, habitants Oakland.

Tous se préparent pour le pow-wow organisé dans le stade de base-ball de la ville qui a connu de grandes heures.

J’ai aimé découvrir la vie parfois tourmentée des personnages, tous ayant eu un problème avec l’alcool, personnellement ou à cause d’un membre de leur famille.

J’ai aimé le jeune danseur qui se prépare dans l’ombre pour son premier pow-wow en regardant des vidéos YT comme tout jeune de son âge.

J’ai aimé Opale, depuis le coup d’éclat de sa mère à Alcatraz jusqu’à elle élevant les petits-enfants de sa soeur.

D’autres personnages m’ont moins parlé, comme ces trois hommes fabricants leurs pistolets grâce à une imprimante 3D (ça m’a fait froid dans le dos).

J’ai aimé la montée du rythme, comme le tambour, jusqu’au dénouement final, forcément tragique.

J’ai aimé la vision des amérindiens qu’a l’auteur : décalage et humour, mais déchirante de vérité.

Un roman sans doute un peu long, mais un auteur qui a des choses à dire.

L’image que je retiendrai :

Celle de la couleur orange qui apparait par petites touches, souvent en rapport avec le feu.

Quelques citations :

Elle se dit qu’elle a du mérite, d’une certaine façon. (…) Elle les a donc portées, ces années, a porté leur poids, et les années ont creusées un trou dans son coeur (…). Opale est solide comme la pierre, mais il y a de l’eau trouble qui vit en elle et menace par moment de déborder, de la noyer. Parfois, elle ne peut plus bouger. Parfois il lui semble impossible e faire quoi que ce soit. (p.188)

Un mot cheyenne : Veho. Il signifie « araignée », « escroc » et « homme blanc ». (p.197)

On est déjà des putains d’androïdes, on pense et on regarde avec nos téléphones, tout le temps. (p.222)

C’est dans leur culture, dit Blue (à propos des Blancs) – Quoi donc ? – L’occupation illégale. (p.284)

Albin Michel, 21 août 2019, 352 pages

27 commentaires

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :