La colombienne – Wojciech CHMIELARZ

Où l’on retrouve le Kub pour sa troisième et quatrième enquête à Varsovie, avec un bras dans le plâtre.

Il reprend celle jamais vraiment commencée de son ami Kochan concernant de suicides suspects de femmes divorcées toutes retrouvées dans leur bain les poignées coupés, l’appartement fermé de l’intérieur.

Mais son enquête principale concerne celle d’un homme retrouvé suspendu au pont de Gdansk, les entrailles à l’air avec une cacahouète scotchée dans sa main.

Aidé de sa nouvelle adjointe La Sèche, il passe au crible la vie et le travail du défunt. Et c’est autour de sa société de financement que se portent tous les regards.

En plein divorce, Le Kub trouve du réconfort sur un forum de discussions réservé aux maris divorcés, ce qui lui apportera quelques ennuis.

On ne s’ennuie donc pas dans ce nouvel opus de l’auteur polonais, et le retournement final m’a laissé sans voix.

J’ai aimé les personnages plus vrais que nature, complexes et tentant de se débrouiller comme ils peuvent avec leurs sentiments.

L’auteur donne à voir un pays qui s’ouvre à la modernité, notamment en ce qui concerne le divorce, ce qui ne va pas sans heurts.

L’image que je retiendrai :

Celle du prologue où il est expliqué que l’on peut cacher de la cocaïne dans des bouteilles de rhum.

Je remercie chaleureusement les Éditions Agullo pour l’envoi de ce roman policier polonais passionnant

8 commentaires sur “La colombienne – Wojciech CHMIELARZ

Laisser un commentaire