La condition pavillonnaire – Sophie DIVRY

De l’auteure, j’avais lu un ancien roman : La côte 400.

Son essai Rouvrir le roman ne m’avait pas convaincu.

Et je dois dire que je suis assez dubitative quant à celui-ci.

Le titre ne laisse pourtant pas de doute : il sera question de la vie d’une famille dans une banlieue résidentielle.

Outre le fait qu’il ne se passe pas grand chose d’exceptionnel dans une vie, je n’ai pas été sensible à la poésie de cette « vie de tous les jours ».

Certains procédés narratifs poussés à l’extrême m’ont paru alourdir le récit.

Et, en refermant le livre, je me demande s’il ne s’agit pas plus d’un essai stylistique que d’un roman.

L’image que je retiendrai :

Celle de la compote de pommes que M.A., le personnage principal, mange régulièrement et fait manger à ses enfants.

Les éditions Noir sur Blanc, 21 août 2014, 272 pages

9 commentaires sur “La condition pavillonnaire – Sophie DIVRY

Laisser un commentaire