Le bureau des jardins et des étangs – Didier DECOIN

Ouvrir ce roman, c’est plonger dans le Japon du XIIe siècle : ses coutumes, ses croyances populaires mais aussi ses odeurs.
C’est, je crois, ce qui m’a le plus frappé à la lecture : ces senteurs sauvages.
Si la traversée de l’héroïne jusqu’à la capitale impériale ne m’a pas passionnée, j’ai en revanche préféré le concours de parfum et l’idée du jeune empereur : crée un parfum évoquant une jeune fille traversant un pont dans la brume.
Les pages sur l’amour entre Miyuki et son mari sont magnifiques et sensuelles.

L’image que je retiendrai :
Celle des carpes transportées à dos de Miyuki sur des centaines de kilomètres.
Le livre de poche, 10 janvier 2018, 384 pages

17 commentaires sur “Le bureau des jardins et des étangs – Didier DECOIN

  1. J’avais acheté un livre de cet écrivain l’an dernier, au début de l’été, en vue de me mettre dans l’ambiance de la Fête du Livre de Saint-Etienne. Il attend toujours d’être lu, hélas…

Laisser un commentaire