Auteurs en R

Le cerbère blanc – Pierre RAUFAST

Je me faisais une joie de lire le dernier roman de Pierre RAUFAST, un auteur que j’aime retrouver depuis La fractale des raviolis.

Je suis sortie de cette lecture assez mitigée.

Le début ne m’a pas emballée : une histoire d’amour un peu lisse, trop lisse, l’auteur ne m’avait pas habitué à ça.

Puis la séparation du couple qui n’en est pas vraiment un, et là je retrouve l’auteur perspicace, l’oeil affuté sur notre société, un brin sarcastique.

Enfin, la troisième et dernière partie un peu fantastique m’a perdu. Tant pis….

J’ai toutefois aimé le personnage de Mathieu, persuadé qu’il fait mourire les personnes qu’il aime autour de lui (en cherchant bien, le hasard lui donne raison).

J’ai aimé Amandine et sa croisade contre les Mathieu qui m’a fait sourire (alors comme ça, Matthieu serait le vrai coupable, et pas Judas ?!).

Un roman truffé de références à la mythologie.

Et toujours les mots tombés dans l’oubli que l’auteur fait vivre sous sa plume, telle la camarde.

Quelques citations :

Le deuil ne peut pas se faire tant qu’on ne colle pas l’image de mort sur des morts.

Mathieu, n’oublie jamais le cerbère. Une tête observe, une tête qui écoute, une tête qui parle. Si tu respectes cette trinité, tu passeras pour un sage.

L’attitude des hommes, leurs guerres, leurs perpétuelles compétitions, leur lâcheté nous pousseront inéluctablement vers une société matriarcale, comme toutes les espèces vivantes anciennes et évoluées. Je suis juste née un million d’années trop tôt pour vivre cela.

L’image que je retiendrai :

Celle du cerbère blanc, comme une vigie dans la vie de Mathieu.

Lu sur Liselotte grâce à Netgalley et aux éditions Stock que je remercie

25 commentaires

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :