Auteurs en S

Le chat du Rabbin – Tomes 1 ; 2 et 3 – Joann SFAR

Dargaud, 2003, 48 pages

Présentation de l’éditeur :

Au début, le chat du rabbin ne parle pas. Il est simplement libre comme un chat et ronronne dans les bras de la fille du rabbin, Zlabya, sa maîtresse adorée. Mais dans la maison du rabbin, il y a ce perroquet qui jacasse sans arrêt, et le chat le bouffe.

Maintenant, il peut parler, et il commence par mentir : le perroquet est allé faire une course, dit-il, la gueule pleine de plumes. Mentir, c’est mal. Le rabbin décide donc de remettre le chat dans le droit chemin et d’en faire un bon Juif. Moyennant quoi, le chat exige de faire sa bar-mitsva.

Têtu comme une bourrique et pas toujours avenant (bien que capable de tendresses renversantes), il a aussi avalé ce qui se fait de mieux en matière de raisonnement vicelard, thèse, antithèse, etc. Le résultat est une sorte de conte initiatique d’une grande beauté, où l’on apprend bien des choses sur l’usage de la parole, de la vérité et du mensonge. Une merveille de subtilité, d’émotion et d’ironie.

Mon avis :

Il n’est jamais trop tard, la preuve : je découvre enfin cette BD devenue un classique.

Le chat est plutôt rachitique, mais qu’est-ce qu’il est gonflé ! J’adore.

Son maître rebondi toujours lui aussi malgré quelques situations difficiles, et ne s’embarrasse pas forcément de la doctrine la plus pure.

J’ai aimé les préfaces écrites par des personnalités juives, certaines avec un goût de passé retrouvé.

J’enchaîne les trois premiers tomes, et j’ai déjà réservé les 3 suivants. Un chat et son rabbin passionnants.

L’image que je retiendrai :

La scène du restaurant parisien dans lequel le rabbin commande tous les plats qu’il n’a jamais pu manger.

29 commentaires

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :