Auteurs en R

Le diable parle toutes les langues – Jennifer RICHARD

Magnat de la presse, de la finance et du pétrole, ami et complice de tous les chefs d’État, mais également mécène de toutes les causes, son influence sur le monde a été aussi néfaste qu’invisible.

De la boue des tranchées aux hôtels de luxe à Monaco, de la répression des grèves à l’assassinat de Jaurès, de Cuba à la Namibie en passant par les Balkans, il a profité de tous les conflits armés et sociaux.

Jusqu’à son dernier souffle, il a manœuvré sans éthique et sans remords pour nourrir la guerre.

Basil Zaharoff, éminence grise des grandes puissances, légendaire marchand d’armes du XXe siècle, est ce diable qui parle toutes les langues. Magnat de la presse, de la finance et du pétrole, ami et complice de tous les chefs d’État, mais également mécène de toutes les causes, son influence sur le monde a été aussi néfaste qu’invisible.

De la boue des tranchées aux hôtels de luxe à Monaco, de la répression des grèves à l’assassinat de Jaurès, de Cuba à la Namibie en passant par les Balkans, il a profité de tous les conflits armés et sociaux.

Jusqu’à son dernier souffle, il a manœuvré sans éthique et sans remords pour nourrir la guerre.

Basil Zaharoff, éminence grise des grandes puissances, légendaire marchand d’armes du XXe siècle, est ce diable qui parle toutes les langues et qui devient un personnage dans Tintin.

Un roman qui pose la question de ce que nous faisons de notre liberté..

Cette biographie romancée aurait pu être intéressante si l’auteure n’était pas partie dans tous les sens : nous suivons tour à tour Basil dans sa vie depuis l’enfance jusqu’à sa mort, mais également de plus près lors de ses dernières années de vie avec sa fille qui découvre son journal intime.

Je n’ai pas aimé les longues descriptions et les énumérations à n’en plus finir.

Il m’a manqué un supplément d’âme pour me faire adhérer aux propos de l’auteure. Tant pis.

L’image que je retiendrai :

Celle du vieil homme que seules les sucreries réjouissent.

Albin Michel, 6 janvier 2021, 432 pages

 

 Lu grâce à ma librairie préférée et au Prix RTL-Lire

13 commentaires

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :