Auteurs en C

Le Fils du professeur – Luc CHOMARAT

Il est à noter que dans le titre, c’est le mot Fils qui est en majuscule, et pas professeur.

 

De l’auteur et dans un tout autre registre, j’avais aimé Le polar de l’été et Le dernier thriller norvégien.

 

Dans ce dernier roman de l’auteur, nous sommes dans l’autobiographie.

 

J’ai donc suivi avec intérêt ce fils de professeur dont nous ne saurons jamais le prénom depuis le départ de ses parents d’Algérie suite aux événements, leur installation à Saint-Etienne dans un Grand Ensemble, la naissance du petit frère jusqu’à la classe de Terminale et la découverte de l’Amour.

 

J’ai aimé les leitmotivs du récit : la casquette du petit frère qui renferme tout son savoir ; la 4CV qui n’avance pas ; les citations latines de l’oncle universitaire parisien.

 

J’ai aimé les jeux d’imagination du narrateur dans son enfance jusque bien plus tard.

 

J’ai aimé son rapport avec sa cousine Lina qui évolue avec le temps.

 

J’ai aimé que ses parents gardent leur part de mystère : la dépression de la mère reste inexpliquée ; le père est toujours distant.

 

J’ai aimé la part de magie de la mère.

 

Et puis le foot, un sport d’abord rejeté par le narrateur.

 

Contre toute attente, pour moi qui ne suis pas né à Saint-Etienne ni à cette époque, j’ai aimé suivre le jeune garçon dans les rues de la ville et au sein de sa famille.

 

L’image que je retiendrai :

Celle de la passion inébranlable du narrateur pour les BD.

 

La manufacture des livres, 20 août 2021, 272 pages

19 commentaires

Laisser un commentaire