Auteurs en M

Le justicier d’Athènes – Petros MARKARIS

Comment résister au soleil d’Athènes, sa chaleur étouffante, ses embouteillages impossibles, sa dette insolvable ?

J’ouvre donc le second volet de la Trilogie de la Crise de Markaris.

Si, dans le roman précédent, le coupable décapitait ses victimes, dans ce second opus, il préfère la ciguë. Sans oublier de déplacer ses victimes dans des lieux antiques de la capitale.

J’ai aimé le supérieur de Charitos, Guikas, qui se voit doter d’un poste informatique et qui ne quitte plus son fond d’écran végétal des yeux.

L’auteur nous parle des Gastarbeiter qui, dans les années 60-70 sont partis travailler à l’étranger (en Allemagne, surtout) pour gagner de l’argent, puis sont revenus au pays ouvrir leur commerce. La fille de Charitos, âgée de 30 ans, devra à son tour devenir une Gastarbeiter si elle veut pouvoir vivre de son travail.

Un roman sur fond de suicides dus à la crise : quatre vieilles femmes, deux amoureux, un commerçant.

Quelques citations :

En Grèce, dans la fonction publique, la seule façon de monter en grade, c’est de ne rien faire. Ce que le ministre m’offre sur un plateau.

Que disait-il déjà, ce slogan ? Pour des jours encore meilleur.

L’image que je retiendrai :

Celle de l’amitié entre Charitos le policier, et Zissis, le communiste, anciennement détenu dans les geôles de la dictature.

Lu sur Liselotte

8 commentaires

Répondre à Alex-Mot-a-Mots Annuler la réponse.

%d blogueurs aiment cette page :