Auteurs en G

Les disparus de Pukatapu – Patrice GUIRAO

Je retrouve avec plaisir Lilith et Maema, cette fois sur une île à l’est de la Polynésie, où la navette ne passe qu’une fois tous les 4 mois.

Si elles y sont au départ pour écrire un article sur les conséquences du réchauffement climatique, une main apparue sur le sable va vite les détourner vers une enquête plus policière, car les morts s’accumulent.

Que cache Hotz, le prêtre de la petite communauté ? Que ne veut pas dire Kumi-Kumi, le chef du village ?

Hotz est un personnage inquiétant, qui ne cherche pas à comprendre les us et coutumes de ses ouailles mais veut imposer coûte que coûte sa religion, tel un gourou.

Et puis Maema va de plus en plus mal.

J’ai aimé que l’auteur nous présente dès les premières pages cet atoll comme le paradis sur terre, pour ensuite déconstruire petit à petit cette vision idyllique de l’île de rêve.

En parallèle, nous suivons Franck qui, après avoir volé un bateau à l’île de Ré fait naufrage pas loin de l’îlot L69. Il est recueilli par les scientifiques qui lui applique une étrange texture sur ses pieds abîmés par les coupures du corail.

J’ai trouvé amusant que l’auteur ne décrive pas de courses-poursuites en voitures comme c’est souvent le cas dans les romans policiers, mais une tempête en pleine mer sur un bateau qui prend l’eau. C’est plus couleur local.

Une enquête encore une fois passionnante et qui met au jour les ravages des essais nucléaires français dans le Pacifique.

L’image que je retiendrai :

Celle de Poerani tenant serré contre elle une poupée toute abîmée.

Robert Laffont, 13 février 2020, 384 pages

13 commentaires

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :