Les gens dans l’enveloppe – Isabelle MONNIN

Il ne faut jamais dire : Fontaine, je ne boirai pas de ton eau.

Ce livre ne me tentait pas : je craignais le voyeurisme ; je trouvais la démarche d’acheter des photos aux enchères curieuse ; je ne voulais pas lire un roman suivit d’une enquête.

Mais la curiosité a été la plus forte, comme toujours. Vilain défaut ? Allez savoir….

Je n’ai pas été déçue : le style de la romancière ne m’a pas plu, que j’ai trouvé maniéré à l’excès.

Pourquoi faire partir la mère en Argentine ? Et bien parce qu’Isabelle y est allée elle-même. Soit, c’est du roman.

Mais l’auteure va plus loin qui interroge : qu’est-ce que le roman ?

J’ai moins apprécié le journal de bord de l’auteure. Mais beaucoup son enquête qui cherche Laurence, comme elle l’appelle.

Pour au final se rendre compte que le personnage principal, dans cette famille, c’est le père, doublement abandonné.

L’image que je retiendrai :

Celle du petit garçon qui regarde les trains et qui les conduira un jour.

Quelques citations :

Je sais pourtant que je n’accéderai pas à leur intérieur. Je n’aurai jamais que l’enveloppe des gens. (p.303)

Les familles, même défaillantes, sont parfois comme des prisons dont on peut se libérer. (p.329)

JC Lattès, 2 septembre 2015, 370 pages

25 commentaires sur “Les gens dans l’enveloppe – Isabelle MONNIN

  1. Dans ce livre, j’ai été surpris par un contraste entre le roman et l’enquête, que l’auteur a passé sous silence et que tu évoques ici : elle a voulu faire une histoire sur l’abandon des femmes (la grand-mère, la mère, et la fille), alors que dans la réalité, l’abandon le plus fort est celui du père. ça rend la personne (la vraie) encore plus touchante, noyé dans cette souffrance qui passe au second plan derrière celles des femmes, telles qu’imaginées dans la fiction.

  2. J’avais acheté ce livre à sa sortie car la démarche de l’auteure m’avait intriguée même si je l’avais trouvée intrusive mais je ne l’ai jamais lu ! Tu me donnes envie de le ressortir de ma PAL.

  3. Je ne sais pas vraiment pourquoi mais cela fait plusieurs fois, après être tombée sur ce livre à la médiathèque que j’hésite… et le laisse finalement sur l’étagère. A voir… je ne suis pas certaine de le lire… on verra lors de mon prochain passage à la médiathèque.
    Daphné

Laisser un commentaire