Auteurs en V

Les loyautés – Delphine de VIGAN

A sa sortie, ce roman ne me tentait pas pour plusieurs raisons. D’abord parce que le précédent de l’auteure m’avait déçue ; ensuite parce qu’il se situait dans le milieu scolaire.

Et puis, suite à de nombreux articles élogieux, j’ai fini par le glisser dans ma liseuse.

Je l’ai lu, et j’ai aimé ce roman, finalement.

J’ai aimé Hélène, la prof et son passé difficile qui refait surface.

J’ai eu de la peine pour Théo qui doit cacher son père et supporter sa mère. Que de responsabilités sur les épaules d’un enfant de 12 ans.

Un roman sur les blessures de l’enfance et de l’adolescence ; sur un monde d’adultes qui se cachent.

Quelques citations :

C’est étrange, d’ailleurs, cette sensation d’apaisement lorsque enfin émerge ce que l’on refusait de voir mais que l’on savait là, enseveli pas très loin, cette sensation de soulagement quand se confirme le pire.

En fait, le couple est une association de malfaiteurs.

Je sais que les enfants protègent leurs parents et quel pacte de silence les conduit parfois jusqu’à la mort.

Le docteur Felsenberg appelle cela des pensées morbides. Elle révèlent, selon lui, une culpabilité ancienne.

L’image que je retiendrai :

Celle de la cachette sous l’escalier du collège ou se retrouvent Théo et Mathis.

Lu sur Liselotte

Objectif PAL d’Antigone

 

33 commentaires

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :