Auteurs en O

Les Lumières d’Oujda – Marc Alexandre OHO BAMBE / RL sept 2020

Ce roman est ensorcelant : si vous le commencez, vous ne pourrez plus le lâcher tant la langue de l’auteur est envoûtante.

Entre poésie et forme qui colle au récit : le départ des migrants, leurs routes, leurs séparations, leur mort parfois.

Après avoir tenté l’aventure à Rome, le héros est rapatrié au Cameroun, son pays natal. En quête de sens, porté par l’amour de Sita, sa grand-mère, il s’engage dans une association qui lutte pour éviter les départs « vers les cimetières de sable et d’eau ».

Au Maroc, il rencontre le père Antoine, qui accueille des réfugiés, et Imane, dont il ne lâchera plus la main.

J’ai tout aimé dans ce livre : le style particulier mais captivant au rythme particulier ; l’histoire du narrateur qui tente de convaincre ses compatriotes de ne pas partir ; le père Antoine qui accueille les migrants pour une halte dans leur route ; les rares mais percutantes fenêtres sur des parcours de migrants (les fugees comme ils sont appelés).

J’ai aimé la voix de la grand-mère qui se rappelle à l’oreille du narrateur.

J’ai aimé que l’auteur place dans son texte des titres de chansons ou de roman, au milieu d’une phrase.

J’ai aimé les leitmotivs du roman : Sourire est la seule preuve de notre passage sur terre /

Personne.

Ne fuit.

Le bonheur. /

La mort

N’arrête pas

La vie /

L’image que je retiendrai :

Celle des ponts que les acteurs de terrain bâtissent pour aider Elles et Ils (les fugees).

Calmann-Lévy, 19 août 2020, 240 pages

Lu grâce à ma librairie préférée

20 commentaires

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :