Auteurs en M

Les optimistes – Rebecca MAKKAI

À Chicago, dans les années 1980, au coeur du quartier de Boystown, Yale Tishman et sa bande d’amis – artistes, activistes, journalistes ou professeurs… – vivent la vie libre qu’ils s’étaient
toujours imaginée.Lorsque l’épidémie du sida frappe leur communauté, les rapports changent, les liens se brouillent et se transforment. Peu à peu, tout s’effondre autour de Yale, et il ne lui reste plus que Fiona, la petite soeur de son meilleur ami Nico.

Le roman s’ouvre lors de l’enterrement de Nico : tous ses amis sont là. On découvre chacun, leurs liens.

Les chapitres alternent entre 1985 avec les amis de Nico, et 2015 la vie de Fiona qui tente de retrouver sa fille à Paris.

J’ai aimé Yale, jeune homme amoureux de Charlie ; leur relation de couple basée sur la confiance jusqu’à ce que Charlie fasse le fameux test et se découvre séropositif.

Yale qui tente de mettre sur pied une exposition d’oeuvres hétéroclites d’une vieille dame qui veut en faire don à son musée. Mais sa famille s’y oppose.

J’ai aimé Nora, la vieille dame qui a passé quelques années de sa jeunesse à Paris et rencontré des artistes pour qui elle était modèle. Son amour pour Renko, un obscure peintre qui n’a jamais pu aller chercher son prix de Rome.

Fiona m’a laissé plus distante. Je n’ai pas compris cette jeune fille qui continue d’évoluer dans le cercle de son frère alors que celui-ci est mort, se dévouant littéralement corps et âme à ces hommes en fin de vie.

J’ai finalement compris sa fille, Claire, qui fait tout pour se tenir loin de sa mère, de la fuir.

L’auteure nous décrit ces années de changement du milieu homosexuel avec l’arrivée du SIDA qui bouleverse la donne, tuant des jeunes hommes par milliers dans des hôpitaux où on les rejette.

A travers le personnage de Yale, nous découvrons cette évolution depuis les fêtes tous les soirs, les back-rooms et les saunas jusqu’au remboursement des médicaments par l’assurance santé.

Une fresque passionnante avec des personnages attachants.

Les images que je retiendrai :

Celle des chaussures bleues que Yale récupère chez Nico après son décès.

Celle de la couronne de trombones que Renko fait pour étonner Nora et qu’elle peint sur sa tête en faisant son portrait.

Les escales éditions, 16 janvier 2020, 560 pages

15 commentaires

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :