Auteurs en P

Les os des filles – Lyne PAPIN

La narratrice a vécu une enfance idéale à Hanoï d’un père français et d’une mère vietnamienne dans un lotissement protégé pour expatriés.

Elle avait trouvé en sa nourrice et sa grand-mère deux figures maternelles aimantes et dévouées.

L’atterrissage dans une France glaciale fut un choc, et la petite fille a bien failli ne pas s’en remettre.

J’ai aimé la première partie du roman, l’histoire familiale des femmes : l’aïeule qui connait la première guerre d’Indochine contre la France, la grand-mère qui élève seule ses trois filles, les trois H dont on ne saura jamais les prénoms.

J’ai aimé la grand-mère avec ses inquitables chaussures roses qui, une fois que ses filles et ses petits enfants furent partie de la maison, devient une blogueuse militante.

J’ai été heurté par le vocabulaire parfois rude et tranchant de l’auteure qui vient couper une phrase agréable : un mot issue du vocabulaire familier fait irruption dans un paragraphe beau.

Je n’ai pas apprécié plus que cela que l’auteure utilise le « tu » pour parler de son personnage.

Un leitmotiv : la guerre et les explosions, les bleus, les os. Tout cela ne fait pas bon ménage à l’intérieur de la jeune fille.

Un roman qui m’a laissé des poissons d’eau dans les yeux lors de la lecture des dernières pages.

L’image que je retiendrai :

Celle de la chaleur et de la moiteur de Hanoï, l’eau faisant comme une seconde peau aux enfants.

Stock, 3 avril 2019, 126 pages

12 commentaires

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :