Auteurs en G

Les simples – Yannick GRANNEC

Second roman que je lis de l’auteur dont j’avais beaucoup aimé La déesse des petites victoires, je dois avouer que celui-ci m’a moins passionné de bout en bout.

J’ai aimé certains personnages : Soeur Clémence l’herboriste qui forme Mathilde et Fleur ; la mère abbesse qui joue un bras de fer avec le nouvel évêque.

Je n’ai pas vu venir la rébellion intra-muros, ni la sédition de Mathilde.

J’ai aimé le revirement du jeune Léon et l’aide de la Malejambe.

J’ai aimé les décoctions de plantes pour soigner les maux, jusqu’en fin de volume où l’auteure annonce qu’elles ne sont que le fruit de son imagination. Dommage.

Un roman qui aurait gagné à être plus court et dont la toute dernière partie m’a paru bien inutilement cruelle.

L’image que je retiendrai :

Celle de l’hygiène douteuse des moniales.

Quelques citations :

Il en est souvent des êtres comme des simples, pense soeur Clémence, moins le sol leur donne, plus robustes ils sont. (p.78)

Soeur Clémence ne l’a jamais rencontré au vallon obscur, mais elle sait que la peur y fait sortir la par sombre que chacun occulte. (p.79)

Elle n’a jamais trouvé un remède à la mélancolie. Elle n’a réussi qu’à enrayer la progression des troubles chez certaines. Personne n’en guérit vraiment et chacun doit apprivoiser au mieux sa part obscure. (p.309)

Editions Anne Carrière, 23 août 2019, 445 pages

20 commentaires

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :