Lèvres de pierre – Nancy HUSTON

Nancy Huston nous prévient : ce livre va faire le grand écart entre Pol Pot et elle. Un écart qui ne se révélera pas si grand sur bien des points, mais je vous laisse découvrir lequels.

Jusqu’à présent, Pol Pot étaient pour moi un dictateur cambodgien qui a fait exterminer son propre peuple pour une vague raison de doctrine politique. J’ai en mémoire les casiers de crânes par millier au milieu de la jungle.

J’ai découvert dans ses pages son enfance et son appartenance à la famille royale, son parcours scolaire d’enfant rêveur, ses études à Paris et sa découverte du communisme.

De Nancy Huston, je ne connaissais rien de sa vie personnelle. J’ai découvert son pseudonyme, Dorrit, son enfance et son adolescence dans un milieu bohème, sa présence à Paris, sa ville d’adoption, sa découverte du féminisme.

Les deux « personnages » de ce roman partagent sur leur visage ce que l’auteure appelle « les lèvres de pierre » qui scellent derrière elles une personnalité pleine de rage et de colère.

L’image que je retiendrai :

Celle du bouddha et de son visage énigmatique.

Quelques citations :

Ce n’est pas qu’elle trouve les mâles alpha risibles (…). Simplement, derrière leurs simagrées, elle voit toujours la peur, l’incertitude, le doute, l’accablant besoin de tendresse. (p.165)

Le langage de la guerre high-tech : « cibles molles », « antipersonnel », « objectif ». (Contexte des années 1970) (p.167)

Actes Sud, 22 août 2018, 233 pages

36 commentaires sur “Lèvres de pierre – Nancy HUSTON

  1. je n’ai encore rien lu de cette auteure! je ne sais pas par lequel commencer mais probablement pas celui-ci : les images de charniers sont encore bien dans ma mémoire (et en plus on y a eu droit encore une fois ces derniers jours avec le procès!)

  2. J’ai énormément lu Nancy Huston, c’est une de mes autrices fétiches mais j’avoue que ce titre là me tente moins. Drôle de décision de se mettre en parallèle avec un responsable de génocide.

  3. J’aime beaucoup Nancy Huston d’habitude, mais là, j’ai trouvé son texte tiré par les cheveux… et j’avoue ne pas m’être intéressée au côté autobiographique.

  4. Tu a lu Bad girl? c’est un autre récit autobiographique. Je t’avoue que celui m’intrigue…mais pas assez pour m’y lancer pour l’instant!

Laisser un commentaire