Auteurs en M

Liquidation à la grecque – Petros MARKARIS

L’affaire avait fait grand bruit au moment de sa parution : un polar sur fond de dette grecque et de Troïka.

8 ans plus tard, le pays n’est pas sortie d’affaire (et la pandémie ne va rien arranger), mais je me décide à ouvrir le livre.

L’auteur m’a plongé d’entrée de jeu dans Athènes asphyxiée par les embouteillages. Et le narrateur, le commissaire Charitos lui-même, m’a voituré au gré des rues de la capitale.

J’ai aimé ce personnage qui regarde les soirs les définitions dans son vieux dictionnaire. Ce commissaire plein d’humour qui ne suit pas les consignes de son GPS, le seul qu’il peut envoyer paître.

J’ai aimé sa femme qui professe des proverbes à chaque phrase.

J’ai découvert les PIIGS : acronyme formé par les initiales des pays d’Europe les plus fragiles économiquement : Portugal, Italie, Irlande, Grèce, Espagne (Spain).

J’ai aimé trouver juste la croisade du meurtrier contre le Grand Capital.

L’auteur donne à lire l’éternelle corruption des puissants et les souffrances de leurs victimes, dont certaines se suicident.

Un polar touchant juste à plus d’un titre.

Quelques citations :

Il n’y a pas de sociétés, monsieur. Il n’y a que des groupes. Des entrepreneurs qui défendent leurs intérêts, des travailleurs qui défendent les leurs à travers les syndicats et d’autres organisations, il n’y a que des groupes qui défendent leurs intérêts. La société est une création de l’esprit.

Nous tous qui nous sommes dopés pour une médaille, nous l’avons payé très cher. Je l’ai payé de ma santé, les trois autres ont été ruinés. La sanction est juste. Mais ce que font les banques, si ce n’est pas du dopage, alors c’est quoi ? Les cartes de crédit qu’elles t’envoyaient  par la poste, sans qu’on les demande, les prêts au logement, les prêts à la consommation, les prêts vacances ou mariage qu’elles distribuaient à tous, les hedge funds, les paris sur la faillite d’un pays étranger qui ne leur a rien fait de mal, tout cela, ce n’est pas du dopage ?

L’image que je retiendrai :

Pas une journée sans une manifestation dans les rues d’Athènes.

Lu sur Liselotte

12 commentaires

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :