Auteurs en S

Mathilde ne dit rien – Tristan SAULE

Chroniques de la place carrée : 1

Je découvre avec ce premier opus les Chroniques de la place carrée de Tristan Saule édité au Québec. Pourtant, cette fameuse place carrée se situe quelque part en France entre un ensemble de Grands Immeubles et un quartier résidentiel cossu.

La première scène est assez anxiogène : Gaëlle ouvre sa porte à une drôle de réparatrice du câble.

Cette réparatrice, c’est Mathilde, grande et robuste, dont on découvrira petit à petit sa vie actuelle et le drame de son passé.

J’ai aimé que de son ancienne carrière de sportive de haut niveau de judo il lui reste une compréhension instinctive de n’importe quelle situation.

J’ai eu de la peine pour cette jeune femme qui se laisse embarquer par amour pour Thibault dans des magouilles à la petite semaine. Parce que Thibault est le seul à l’avoir vraiment regardé.

J’ai détesté sa névrose : elle compte toutes les 8 minutes car c’est le temps que met la lumière du soleil pour arriver jusqu’à nous. Si un jour le soleil d’éteint, nous profiterons de sa lumière pendant encore 8 minutes sans le savoir, et après il n’y aura plus que le froid.

J’ai aimé qu’elle travaille dans un service d’aide aux plus démunies et que l’auteur nous montre l’envers du décor.

Un roman qui parle également de la vacuité de nos vies que l’on remplie avec des émissions de télé ou nos smartphones.

L’image que je retiendrai :

Celle d’Idriss, le petit fils des voisins qui comprend trop de choses pour son jeune âge.

Le Quartanier, 21 janvier 2021, 288 pages

18 commentaires

Laisser un commentaire