Auteurs en W

Mendelssohn est sur le toit – Jiri WEIL

Sous-titré Complainte pour 77 297 victimes, ce récit suit quelques juifs du ghetto de Prague pendant le Protectorat.

Au départ de ces histoires, Heydrich sort un soir d’une représentation au théâtre de la ville et s’aperçoit que la statue du juif Mendelssohn se trouve au milieu d’autres compositeurs allemands. C’est un scandale, il faut déboulonner la statue.

L’auteur nous donne à voir non seulement des juifs mais aussi des tchèques en prise avec la bureaucratie allemande dans laquelle tout le monde crie mais personne ne comprend le but de la manoeuvre donc, bien sûr, celle-ci n’est pas faite correctement, et tout le monde crie.

J’ai été frappé de nombres de coups reçus par les pauvres travailleurs qui tentent de faire du mieux qu’ils peuvent.

J’ai aimé Richard Reisinger, un homme qui a  l’habitude des travaux de force, qui se retrouve à trier les possessions des personnes spoliés avec la Gestapo ; puis qui cache des tchèques chez lui, au fin fond de la campagne.

J’ai eu de la peine pour le Dr Rabinovic, chargé du musée juif du ghetto, fier de son travail minutieux, mais qui a du mal avec le non respect des commandements (comme si en temps de guerre, on pouvait faire autrement).

Et tant d’autres qui peuplent ces pages, issus de ce qu’a vécu l’auteur avant son faux suicide pour partir se cacher.

Et puis ce drapeau rouge et noir omniprésent ; ce château dans lequel personne ne va.

Un récit parfois drôle d’absurdité malgré la cruauté et très touchant.

L’image que je retiendrai :

Celle des statues, dont une au moins est présente à chacun des chapitres. Intéressant parallèle avec notre époque moderne qui déboulonne des statues…

Denoël, 1993, 313 pages

19 commentaires

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :