Munich – Robert HARRIS

Déroutant, le début et la première moitié du dernier roman de Robert Harris.

Le titre annonce : MUNICH, mais nous assistons aux préparatifs de cette rencontre entre Hitler, Chamberlain et Daladier.

J’ai aimé suivre Legat dans les arcades du 10, Downing Street, son mariage contrarié.

J’ai aimé suivre Hartmann au coeur des Affaires Etrangères allemandes. On devine que Hartmann n’est pas en accord avec le Führer.

Les chapitres alternent en l’Angleterre qui craint la guerre, et le chancelier qui fait tout pour la provoquer.

J’ai découvert Chamberlain en pyjama, Hitler avec ses lunettes, et Mussolini… fidèle à son image.

J’aime les romans de Robert Harris qui se déroulent en huis-clos. Et l’auteur confirme encore une fois son talent en nous présentant l’envers du décor d’une page d’Histoire.

L’image que je retiendrai :

Celle de la machine à écrire de la secrétaire du Führer faite spécialement pour lui : les caractères sont de deux fois la taille habituelle.

Une citation :

Ils se retrouvaient coincés à une époque où les gestes gratuits étaient tout ce qui leur restait. (p.296)

Plon, 8 novembre 2018, 432 pages

Je remercie Valérie chez Edi8 pour l’envoi de ce roman encore une fois passionnant

12 commentaires sur “Munich – Robert HARRIS

    1. Dans ce roman, l’auteur donne à voir les comportements des autres pays, et pas celui interne de l’Allemagne comme dans le roman de Vuilard.

Laisser un commentaire