Outback – Kenneth COOK

Dernier roman paru de l’auteur, je dois avouer que je n’ai pas franchement accroché.
Le récit démarre tambour battant avec un casse de bijouterie puis la mort d’un policier à coup de démonte-pneu, avant que le cambrioleur ne s’enfuit.
Nous suivons dans le même temps l’équipe de journalistes venue filmer un peu de l’incident après les faits.
Le personnage du voleur, être brutal et sans scrupule, m’a paru peu fouillé. D’ailleurs, on le perd rapidement de vue pendant sa cavale dans le bush et l’outback.
Les problème du reporter avec sa hiérarchie m’ont un peu plus intéressés : un industriel du médicament sponsorise le journal télévisé et il n’est pas question d’aborder quelque problème de santé que ce soit.

Une lecture finie en avance rapide : la chasse à l’homme, même en plein milieu du bush et des années 50, ce n’est pas mon truc.

L’image que je retiendrai :

Celle du cameraman Reuter qui sifflote toujours des mélodies allemandes.

AUTREMENT, 3 avril 2019, 264 pages

12 commentaires sur “Outback – Kenneth COOK

    1. J’avais bien aimé le koala tueur. Je n’en avais pas lu d’autres depuis. Une lecture en demi-teinte pour ce roman.

  1. Je l’ai terminé il y a quelques jours et je suis également passée à côté, au point que je pense l’oublier très rapidement. Dommage, les avis sur les autres romans de Cook m’avaient paru plutôt alléchants mais je pense que ce titre est un peu à part dans sa bibliographie.

Laisser un commentaire