Auteurs en M

Pour que je m’aime encore – Maryam MADJIDI (RL 2021)

De l’auteure, j’avais aimé Marx et la poupée sur l’exil. Ce second roman aborde un sujet plus classique : l’adolescence en banlieue parisienne.

Le premier tiers du roman décrit la vie pas si facile d’une jeune fille maghrébine pauvre : problème de cheveux, de peau, pas de combinaison de ski, le regard des garçons et les moqueries.

Sans oublier les profs désabusés : l’école occupe une bonne partie du temps.

La dernière partie est plus intéressant et plus riche car la narratrice entre en classe prépa et découvre le fossé immense de culture et de savoirs : comment parler un anglais fluide en hypokhâgne quand pendant tout son collège on s’amusait à lancer des boulettes de papier toilette mouillées sur le prof ?

Mais j’ai aimé la prise de conscience de l’adulte sur sa vie : malgré ses voyages et ses expatriations, elle revient dans la banlieue de son adolescence.

Une citation :

J’étais une Robine des Bois de la scolarité. Une communiste du savoir. Je le partageais, je le distribuait à ceux et celles qui en avaient besoin. Prenez, c’est gratuit, et si ça peut faire remonter la moyenne, tant mieux.

L’image que je retiendrai :

Celle des beaux appartements parisiens dans lesquels la narratrice se perd.

Nouvel Attila, 27 août 2021, 206 pages

25 commentaires

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :