Quand Dieu boxait en amateur – Guy BOLEY

Monsieur Guy BOLEY, j’aime vos romans.

Depuis ma découverte de Fils du feu l’année dernière, j’attendais votre prochain roman.

Je l’ai enfin en main, et je ne suis pas déçue.

Oui, il est encore question du père du narrateur. Mais son père n’est pas seulement un forgeron, c’est aussi un boxeur.

Et puis, par fidélité à son ami curé, il monte sur les planches pour interpréter Jésus.

J’ai aimé vos mots qui m’ont ému pour parler de ce père qui fait tout avec passion.

J’ai aimé le rapport entre les mains du père et ceux du fils, quand les mots n’ont plus de sens.

Si j’ai été moins sensible à l’amitié entre le père et le curé, j’ai souri parfois avec l’ancien curé.

Un roman tendre, parfois dur quand le fils se rebelle, mais aussi parfois drôle.

Un auteur qui confirme.

Un coup de coeur.

L’image que je retiendrai :

Celle du père, retrouvant des bouts de charbon, les utilisant pour ressembler à son idole.

Grasset, 29 août 2018, 180 pages

20 commentaires sur “Quand Dieu boxait en amateur – Guy BOLEY

Laisser un commentaire