Auteurs en D

S’adapter – Clara DUPONT-MONOD (RL 2021)

Coup de coeur !

De l’auteure, j’avais beaucoup aimé Le roi disait que j’étais diable. J’ouvre son dernier roman sans rien en savoir, et j’ai été happée.

Seuls 3 enfants de cette fratrie de 4 nous serons présentés : l’aîné, la cadette et le dernier.

Car tout s’articule autour du troisième enfant, celui né avec un handicap cérébral, qui sera désigné sous le nom de l’enfant.

J’ai aimé suivre chacun des enfants à partir de l’arrivé du bébé qui ne grandira pas. Chaque personnalité se transformant à son contact.

Nous ne connaitrons jamais les prénoms de chacun, même pas ceux des parents (quel tour de force d’écriture).

Ce sont les pierres rousses de la cour qui font le récit de l’histoire si particulière de cette famille.

J’ai aimé les bruits entre ces pages. L’enfant ne voit pas, mais il entend. Dès lors, toute communication passe par les sons, et il y en a beaucoup.

Beaucoup d’animaux également dans ces pages : les pipistrelles, les gloméris, toute une faune sauvage.

Et puis les oranges : celle que la mère tente de faire voir au bébé, découvrant ainsi qu’il est aveugle ; celle qui parfume les gaufres de la grand-mère et de la cadette.

J’ai aimé la grand-mère qui prend la cadette sous son aile, toute en étant présente, discrètement, pour la famille.

Un blessé, une frondeuse, un inadapté et un sorcier : un joli portrait de famille.

Une citation :

La cadette, émerveillée, essayait d’imaginer le bruit de cent mille chenilles grignotant cent mille feuilles de mûrier. « N’essaie pas, lui disait sa grand-mère. Le progrès emporte avec lui les bruits. »

L’image que je retiendrai :

Celle de l’emplacement près de la rivière, sous le sapin, où l’aîné installe l’enfant lors des après-midis d’été.

Lu sur Liselotte grâce à Netgalley et aux éditions Stock que je remercie pour ce cadeau

L’avis de Matatoune

22 commentaires

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :