Auteurs en N

Surtension – Olivier NOREK

surtensionsMichel Lafon, 31 mars 2016

Présentation de l’éditeur :

Cette sœur acceptera-t-elle le marché risqué qu’on lui propose pour faire évader son frère de la prison la plus dangereuse de France ? De quoi ce père sera-t-il capable pour sauver sa famille des quatre prédateurs qui ont fait irruption dans sa maison et qui comptent y rester ? Comment cinq criminels ? un pédophile, un assassin, un ancien légionnaire serbe, un kidnappeur et un braqueur ? se retrouvent-ils dans une même histoire et pourquoi Coste fonce-t-il dans ce nid de vipères, mettant en danger ceux qui comptent le plus pour lui ? 

Des âmes perdues, des meurtres par amour, des flics en anges déchus : la rédemption passe parfois par la vengeance… Olivier Norek pousse ses personnages jusqu’à leur point de rupture. Et lorsqu’on menace un membre de son équipe, Coste embrasse ses démons.

Mon avis :

Je retrouve avec plaisir toute l’équipe de Coste encore une fois sur le pied de guerre. Même si dans ce nouvel opus, tout ne se passe pas comme prévu.

D’abord, une longue ouverture qui se déroule en prison : nous y faisons la connaissance de quelques détenus que nous reverrons, ou pas. L’enquête ne démarre vraiment qu’au second tiers du livre.

Et puis Coste veut démissionner, il est là sans être là. Il prend la place de son supérieur puis retourne à son poste. Supérieur nouvellement arrivé qui est son pote puis avec qui il a une grave altercation. Bizarre. L’auteur en aurait-il assez de ses personnages ?

Si j’ai beaucoup aimé les deux premiers romans, je dois avouer que ce troisième mouvement m’a perturbé. Les rôles changent au sein de la brigade. Mais finalement, comme dans la vie, rien n’est jamais figé.

Un clin d’oeil à Maud Mayeras sympathique.

Un auteur qui nous dévoile le système de la prison française de l’intérieur avec des matons débordés, un psy impuissant et des règles internes entre détenus.

L’image que je retiendrai :

Celle du personnage d’Alexandra, jeune femme déterminée à sauver son petit frère. Mais un vrai cliché Corse d’après mon cher et tendre.

Je remercie les Editions Michel Lafon pour l’envoi de ce roman en avant-première, ainsi que l’auteur d’avoir mentionné mon modeste blog dans ses remerciements.

18 commentaires

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :