Tenir jusqu’à l’aube – Carole FIVES

Elle doit tenir jusqu’à l’aube, jusqu’au jour d’après, cette jeune mère célibataire dont on ne saura jamais le nom, ni celui de son fils de 2 ans.

Abandonné un beau jour par le père et compagnon, elle doit faire face à un loyer trop lourd pour elle seule, elle qui ne travaille plus que rarement, faute de temps.

Car il faut s’occuper de celui qui dirige ses journées : son fils.

Alors elle cherche de l’aide en lisant des forums de discussion, et en s’échappant, la nuit, quelques minutes puis quelques heures.

On la sent au bord du gouffre et débordée cette jeune maman. Qui ne trouvera pas d’aide où elle le pense.

Même si le personnage principal ne m’a pas particulièrement touchée, j’ai apprécié de lire l’analyse de l’auteure sur la non-place du père dans notre société.

L’image que je retiendrai :

Celle du biberon qu’il faut absolument préparer pour ce « petit » qui demande toujours à sa maman « à côté, à côté ».

Une citation :

Rien n’obligeait un parent à voir son enfant. C’était une forme légale d’abandon, mais c’était sans doute mieux ainsi car si un père ne manifestait pas l’envie de prendre  soin de sa famille, à quoi bon l’y contraindre ? Les lois avaient été pensées dans l’intérêt de l’enfant, et dans l’intérêt de l’enfant on avait décidé qu’il ne verrait ses parents que si ceux-ci en avaient envie. (p.116)

Gallimard, 16 août 2018, 192 pages

25 commentaires sur “Tenir jusqu’à l’aube – Carole FIVES

  1. il est dans ma PAL (depuis que j’ai flashé sur « Une femme au téléphone » sinon, ce n’est pas une romancière vers laquelle je serais allée spontanément… Le hasard des découvertes 🙂

  2. Bonjour AlexMotaMots, je le lirais peut-être mais j’en ai un peu assez de ces sujets lourds. En ce moment, j’ai envie de me changer les idées. Bonne après-midi.

Laisser un commentaire