Auteurs

Tombés des mains (9)

La part du fils de Jean-Luc COATALEM

L’écrivain part à la recherche de son grand-père Paol, Poilus de 14, fonctionnaire à Saïgon puis arrêté, emprisonné et déporté en 40.

Sauf que : la mémoire a ses méandres – la recherche a ses méandres. Les deux mélangés ne font pas forcément bon ménage.

Même la maison familiale de Kergat, qui revient inlassablement dans ces pages, ne m’a pas servie de point de repère.

L’auteur m’a rapidement perdu : trop de méandres, un récit trop imaginaire.

Stock, 21 août 2019, 272 pages

 

 

Miracle de Solène BAKOWSKI

Je me réjouissais de lire ce romans assez épais pendant mes vacances. Il a patienter quelques mois.

Malheureusement, dès les premières pages, il a fait Pschitt (lui aussi…).

Uniquement à cause du style : une écriture trop rapide, trop de détails, et puis des expressions qui m’ont fait lever les yeux au ciel (rire à gorge déployée, celui-ci est rédhibitoire).

Je me suis accrochée une première centaine de pages, car le projet de Laure, même tiré par les cheveux, est beau, et les enfants malades de l’hôpital m’ont ému.

Mais ça n’a pas suffit.

18 commentaires

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :