Auteurs en T

Un tesson d’éternité – Valérie TONG CUONG

Pendant toute ma lecture de ce récit plutôt violent, je me suis demandée pourquoi la jaquette donne à voir une bulle de détente…

Car oui, ce roman est violent : d’abord parce que le fils d’une famille bourgeoise se retrouve en prison pour avoir frappé un policier.

Ensuite parce que nous découvrons par petites touches l’enfance de Anna, la mère : une enfance sous le signe de la soumission à la bande du quartier.

Anna a tout fait pour échapper à ses agresseurs et a profité de sa chance pour se construire une vie bourgeoise, propriétaire de sa pharmacie, vivant dans une grande maison surplombant la mer suite à un beau mariage.

Son fils fréquente les meilleurs écoles et Clubs avec son ami Tim, jusqu’au jour fatidique.

Un tournant après lequel Anna va se retrouver de nouveau seul.

J’ai aimé cette femme qui a tenté comme elle a pu d’ignorer ses blessures, tenté d’appartenir à un monde qui n’est pas le sien.

Mais je crois que je la préfère dans son geste final.

Une citation :

Elle pense à son propre sujet (du bac de philo) sur lequel elle planchait depuis plus de trente ans : L’homme a-t-il, par son action, le pouvoir de changer sa destinée ? (p.176)

L’image que je retiendrai :

Celle de l’importance de réseauter, même si ces fameux réseau ne lui servent pas à grand chose quand son fils est en prison.

JC Lattès, 18 août 2021, 272 pages

34 commentaires

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :